Qui suis-je ?

Si j’avais à me décrire, je dirai que je suis un homme avant tout passionné par ce qu’il fait.

Je suis comme un gamin à noël devant ses cadeaux quand :

– Je crée un beau logo sur Photoshop.
– j’arrive à trouver des idées de contenus pertinents programmés dans un beau calendrier.
– j’automatise certains aspect du référencement naturel SEO) grâce à Python et PHP.
– Je communique avec un(e) créateur(trice) de marque Française au sujet du Marketing digital.
– j’arrive à définir une stratégie digitale claire, comme je l’ai fait pour moi et mon activité de consulting.
– etc …

Je ne vais pas vous lister tous les points qui me font vibrer tellement ils sont nombreux (je deviens fou :-)), mais juste vous dire que j’ai très à cœur de faire vivre mon site web et le blog pour aider les créateur(trice)s de marques Françaises à développer leur stratégie digitale.

Au moment ou j’écris sur cette page, je n’ai pas encore fais mes preuves et suis nouveau sur le marché du SEO et marketing digital.

Malgré mes 45 ans, on peut donc encore me considérer comme un « consultant junior » (Plutôt flatteur à mon âge, non ?).

Bien plus qu’un long discours, ma chronologie perso et professionnelle ci-dessous, qui prouve bien que j’aime les creux et les bosses.

1993 : Je reviens d’une année de « sport étude Basket Ball » à Poitiers, le néant s’installe. Quand on a 16 ans, que faire de plus après une année si riche en émotions et rencontres (Ah les filles !!!) ? J’ai l’impression que rien de mieux ne pourra m’arriver, je suis perdu, désemparé, mais je ne le montre pas. Je reviens donc à Cognac, l’année d’après, dans ma ville natale, résigné comme un enfant qui vient de se faire piquer son goûter par les loubards du collège.

1993-1994 : Je rentre en classe de seconde, grande découverte, je me rends compte qu’il n’est pas trop difficile de s’absenter des cours sans trop se justifier, Bingo1 !!!! je prends mes aises … Le jardin public se souvient encore de mon postérieur sur les bancs, la pelouse, les jeux, je crois même que certains de mes rêves sont encore coincés dans le kiosque à musique, où j’adorai m’allonger aux premières journées chaudes du printemps.

1994-1996 : Certains amis arrivent à me convaincre (ou plutôt me vendre du rêve !!!), je les suis dans un cursus de BEP en maintenance industrielle. En parallèle, la musique est venue s’inviter au programme de ma vie, faisant de moi un batteur passionné (Je pratique toujours). Ni une ni deux, avec la clairvoyance d’un nouveau-né, je m’embarque donc pour deux ans de BEP dans un lycée professionnel (ou asile de fou à l’époque).

1996 : J’obtiens mon examen sans trop de difficulté, il faut reprendre une décision pour la suite et devinez-quoi !!! j’ai encore suivi l’avis des autres, comme un gentils petit mouton, sans m’écouter et prendre le temps de savoir ce qui me faisait réellement vibrer.

1996-1999 : Je me retrouve dans un nouveau lycée technique à Angoulême, j’y apprends des choses mais mon amie « conviction » n’est toujours pas avec moi. Je n’aime pas ce que je fais, mon professeur principal, poilu, râleur et désagréable n’arrête pas de me répéter « Hey Brun (comme si je n’avais pas de prénom), sans le BAC en poche, vous ne ferez rien de votre vie », cette blague, j’adorai quand il l’a racontait, elle me faisait rire et ça l’énervait (hihihi !!!!).

1999 : J’échoue deux fois à l’épreuve du bac et j’avoue à ma mère que je ne souhaite pas retourner à l’école. Internet n’est pas encore dans tous les foyers et nous en sommes encore à se connecter avec ce vieux boîtier, dont le son était reconnaissable, même dans un champ de criquets. Puis d’un coup, une révélation, je veux entreprendre (Enfin, c’était un peu flou quand-même). J’ai 22 ans, je décide donc d’intégrer une structure de ma ville qui propose à des jeunes comme moi, d’apprendre à créer leur entreprise.

1999-2000 : Je cherche un stage pour confirmer mon cursus de création d’entreprise (Vente de cd par internet), on est dimanche soir, nous regardons avec ma mère, l’émission CAPITALE sur M6, qui présente une jeune entrepreneuse ayant crée sa start-up, bingo 2 !!!! J’avais trouvé mon stage qui s’est vite transformé en CDI. En me faisant travailler, cette entrepreneuse venait d’évincer un futur concurrent (Et quel concurrent, moi qui n’avait aucune expérience sur le web :-)).



Réservez un appel WhatsApp

30 minutes gratuites pour faire le point sur la stratégie digitale de votre marque "Made in France"